Newsletter

MONT ATHOS

  • Philotheou
    Philotheou
  • Agios Pavlos
    Agios Pavlos
  • Chilantariou
    Chilantariou
  • Dochiariou
    Dochiariou
  • Esphigmenou
    Esphigmenou

Il est célèbre pour les vingt monastères orthodoxes qui y sont établis sur ses flancs et dans les environs depuis lexe siècle. Cette communauté théocratique est organisée en République monastique du Mont-Athos qui tire son nom de la montagne et qui jouit d'un certain degré d'autonomie interne au sein de la République hellénique.

 

Toponymie

Selon une tradition, son nom vient du géant Athos, lequel, pendant la Gigantomachie, aurait jeté une grande roche sur Poséidon. Cette roche serait devenue le mont actuel. Une autre tradition inverse les rôles, Poséidon jetant la roche sur Athos.

Le toponyme viendrait de la racine indo-européenne ath- signifiant probablement « tête » ou « sommet »2.

Géographie

Le mont Athos se trouve dans le Nord de la Grèce, à l'extrémité sud-est de la Chalcidique, une péninsule de la région historique de Macédoine, et plus précisément à l'extrémité méridionale de la péninsule de l'Aktè, une des trois péninsules qui constituent l'extrémité méridionale de la Chalcidique.

Il culmine à 2 030 m d'altitude1 et domine le golfe Singitique à l'ouest, lamer Égée au sud et la mer de Thrace à l'est et au nord ; au nord-ouest s'étendent les autres reliefs de la péninsule de l'Aktè. Les caps Nymphalonet Akrathos qui constituent respectivement les extrémités méridionales et orientales de l'Aktè, se trouvent aux pieds de la montagne.

Ses flancs sont couverts en majorité de forêt méditerranéenne.

Strabon parle du mont Athos dans sa Géographie (viiie siècle) :

« L'Athos est une montagne en forme de mamelon, mais si élevée que les habitants du sommet, qui commencent leurs labours avec le lever du soleil, ont déjà eu le temps de se fatiguer quand le premier chant du coq éveille les populations de la côte. C'est dans cette presqu'île que la tradition fait régner le Thrace Tamyris, connu comme un rival d'Orphée. On y voit les vestiges de l'ancien canal ou fossé d'Acanthe, creusé, dit-on, par Xerxès à travers l'isthme de l'Athos et destiné à recevoir les eaux de la mer et à permettre aux vaisseaux le passage direct depuis le golfe Strymonique. Toutefois Démétrius de Scepsis doute qu'on ait jamais navigué dans ce canal : il convient que sur un espace de dix stades l'isthme est formé de bonne terre facile à creuser, et qu'il a été creusé là effectivement un canal de la largeur d'un plèthre ; mais il fait remarquer que l'isthme présente ensuite, sur une longueur d'un stade environ, un plateau rocheux d'une grande élévation et que cet obstacle aura suffi à empêcher de pousser le canal jusqu'à la mer ou tout au moins de lui donner assez de profondeur pour qu'il ait jamais été navigable. Il ajoute qu'Alexarchos (en), fils d'Antipater, bâtit justement sur ce point Ouranoupoli, ville de trente stades de circuit. Quant à la population primitive de la presqu'île, elle se composait de Pélasges de Lemnos, et se trouvait répartie dans les cinq petites villes de Cléones, d'Olophyxus, d'Acrothoi, de Dium et de Thyssos3. »

Histoire

Avant l'organisation des chrétiens en communautés religieuses autour des monastères, l'activité principale autour du mont Athos est le pastoralisme. Les premiers ermites chrétiens se retirent sur la péninsule peut-être dès le ive siècle et de manière certaine à partir du viie siècle. Athanase l'Athonite fonde en 963 le premier monastère de la péninsule, celui de la Grande Laure de l'Athos, au pied du mont Athos, à l'est de la montagne. Dix-neuf autres suivront dont celui d'Aghios Pavlos situé lui à l'ouest de la montagne.